Neuvaine MARIE MADELEINE

Vous pouvez vous connecter à l’énergie de de Marie Madeleine pour la guérison des peines de cœur Neuvaine 100% Végétale. Fumigation de neuf jours et prière au dos de la neuveine

Disponibilité : En stock, livraison en 24h

9,50€ TTC

Qui est Sainte Marie-Madeleine ?

Femme pécheresse convertie par le Christ,

Élevée par la grâce du Christ ressuscité, devenue l’apôtre des apôtres.

Dès les premiers siècles, chrétiens, pénitents, saints, rois, papes, viennent accomplir leur pèlerinage à la grotte de la Sainte-Baume auprès de sainte Marie-Madeleine. Cette femme entre dans l’évangile par une conversion radicale, en allant essuyer les pieds du Christ de ses cheveux et de ses larmes au cours d’un repas. Délivrée de 7 démons, elle devient avec les douze et quelques autres femmes, disciple du Christ. À sa prière et à celle de sa sœur Marthe, Jésus ressuscitera leur frère Lazare, mort depuis 4 jours. Elle est l’un des rares disciples à se tenir au pied de la croix. Au matin de Pâques, sainte Marie-Madeleine reconnaît dans le jardinier le Christ ressuscité. Il lui demande d’annoncer à ses apôtres qu’Il est ressuscité, ce qui a valu à sainte Marie-Madeleine le titre d’Apôtre des apôtres.

Selon la tradition, peu de temps après, Marie-Madeleine embarque avec tout un groupe de chrétiens (dont son frère Lazare et sa sœur Marthe) pour l’occident. Ils arrivent aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Marie-Madeleine accompagne Lazare à Marseille. Elle continue son chemin en suivant le cours de l’Huveaune et vient s’établir à la Sainte-Baume pour y passer les trente dernières années de sa vie, entre pénitence et contemplation.

Les pèlerins qui viennent encore aujourd’hui à la Grotte seront surpris par la présence inestimable de la sainte qui conduit tous ceux qui s’y disposent au Christ. Nous vous proposons de vivre avec Marie-Madeleine un itinéraire spirituel, en suivant sa vie pas à pas : par sa conversion, par son expérience de la miséricorde de Dieu, par son annonce de l’Évangile et sa prière, elle nous montre le chemin du « disciple-missionnaire » que le pape François nous appelle si instamment à parcourir.

Est-elle la pécheresse pardonnée et Marie de Béthanie ?

Depuis saint Grégoire le Grand (VIème siècle), l’Église a vu dans la pécheresse pardonnée (Lc 7, 36-50) et Marie de Béthanie (Lc 10, 38-42; Jn 11, 1- 43; Jn 12, 1-11) une seule et unique femme : Marie-Madeleine.

Même si des arguments sérieux la soutiennent, l’unité du personnage peut certes être discutée (nous faisons le point ici sur cette problématique) mais nous accueillerons cette tradition immémoriale pour parcourir ensemble cet itinéraire spirituel.

La pécheresse pardonnée

L’Évangile – Lc 7, 36-50

« Survint une femme de la ville, une pécheresse. Elle avait appris que Jésus mangeait chez le pharisien, et elle apportait un vase précieux plein de parfum. Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, à ses pieds, et ses larmes mouillaient les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et y versait le parfum. »

Méditation

Comment ne pas admirer le courage de Marie-Madeleine ? Elle qui faisait partie de la « haute société », elle a bien compris que tous les plaisirs de la terre ne pouvaient la satisfaire. Qu’au contraire, ils l’asséchaient intérieurement.

Alors lorsqu’elle réalise que Jésus peut lui proposer une libération, elle ne tergiverse pas : elle prend son parfum, entre chez Simon, traverse la salle sous le regard méprisant et ulcéré des pharisiens, lave les pieds du Christ de ses larmes, et les essuie de ses cheveux. Quel geste magnifique, à la fois si audacieux et si humble.

Et le Christ prend sa défense, annonçant que ses péchés sont pardonnés ! Mystère d’un Dieu qui se laisse toucher par un geste sincère d’amour.

A la suite du Christ

L’Évangile – Lc 8, 1-3

« Ensuite Jésus passait à travers villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qu’il avait délivrées d’esprits mauvais et guéries de leurs maladies : Marie, appelée Madeleine (qui avait été libérée de sept démons), Jeanne, femme de Kouza, l’intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les aidaient de leurs ressources. »

Méditation

Ainsi délivrée de tous ses péchés, exorcisée de tous ses démons, Marie-Madeleine, devenue légère et rayonnante du pardon de Dieu, est désireuse de suivre le Christ. Elle l’assiste, Lui et ses disciples, de ses biens. Car ils vont de villages en villages proclamer le Royaume des cieux. Après avoir été touchée par la grâce, Marie-Madeleine prend conscience du bonheur divin auquel le Christ nous appelle, et participe, suivant sa grâce, à l’annonce de la Bonne Nouvelle. En effet, lorsqu’on a rencontré le Christ, comment garder pour nous cette nouvelle incroyable du salut ?

La contemplation : Marthe et Marie

L’Évangile – Lc 10, 38-42

« Alors qu’il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison. Elle avait une soeur nommée Marie qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit :  » Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider.  » Le Seigneur lui répondit :  » Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée. »

Méditation

En restant aux pieds du Christ, en étant auprès de la source d’eau vive, en comblant sa soif véritable, Marie-Madeleine nous montre l’importance, la nécessaire, l’ultime tâche de toute vie humaine, de notre être, de nos attentes.

Quelle plus belle image de la prière, de la contemplation, que de rester au pied du Christ, à écouter sa parole, pour la laisser nous transformer ? Telle est la meilleure part, que chaque chrétien, quel que soit son état de vie, est appelé à mettre en place.

L’amitié : La résurrection de Lazare

L’Évangile – Jn 11, 1-44

« Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre. Jésus dit :  » Enlevez la pierre.  » (…). Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit :  » Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé. Je savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ; mais si j’ai parlé, c’est pour cette foule qui est autour de moi, afin qu’ils croient que tu m’as envoyé.  » Après cela, il cria d’une voix forte :  » Lazare, viens dehors !  » Et le mort sortit, les pieds et les mains attachés, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit :  » Déliez-le, et laissez-le aller. »

Méditation

Lazare, le frère de Marthe et Marie-Madeleine est mort depuis 4 jours. Le Christ vient, et touché par les larmes de ses amis pleure.

Ce récit est l’occasion de comprendre la véritable sens de l’amitié, un amour véritable qui dépasse nos horizons humains. Avant de ressusciter Lazare, le Christ prend le temps d’être les membres de la famille. Il porte leur chagrin. Il comprend l’état de leur cœur, l’état de leur âme. Il pleure avec ceux qui pleurent. Telle est l’amitié profonde : elle offre une écoute attentive avant de donner des solutions.

  • État du produit : Neuf
  • Fournisseur : 006

Ajouter un commentaire